Femmes chefs de contentieux : 5 conseils pour faire progresser sa carrière – Leçons tirées de « Visez plus loin : élargissez vos horizons »

Left to right: Stepping Beyond panellists Jennifer Warren, Sheila Murray, Kathleen Flynn, Robyn Collver and Dorothy Quann (moderator).

De gauche à droite : les panélistes de Visez plus loin Jennifer Warren, Sheila Murray, Kathleen Flynn, Robyn Collver et Dorothy Quann (modératrice).

Les chefs de contentieux doivent posséder certaines compétences particulières, ils doivent notamment porter une grande attention aux détails et être axés sur la recherche de solutions; être dotés d’une grande capacité à apprendre continuellement; et posséder, entre autres, une expertise en gouvernance, en conformité et en gestion du risque.

Les femmes chefs de contentieux jouissent d’une position unique pour mettre à profit leurs compétences stratégiques et d’affaires afin de saisir les nouvelles occasions qui se présentent à elles au cours de leur carrière professionnelle, et c’est pourquoi Blakes a lancé en 2018 le programme Visez plus loin : élargissez vos horizons, qui s’adresse aux femmes chefs de contentieux qui se préparent à élargir leur rôle ou à y ajouter de nouvelles fonctions.

Voici quelques conseils inspirants de nos panélistes expertes ayant participé à l’événement, qui a eu lieu le 28 mai 2018 :

1. Élargissez votre champ d’expertise

Selon Dorothy Quann, ancienne vice-présidente et chef du contentieux de Xerox Canada et membre du conseil d’administration de Women General Counsel Canada, en tant qu’avocates, vous ne cessez jamais d’apprendre tout au long de votre carrière, car les lois changent énormément. Vous pouvez utiliser ces compétences qu’ont les avocats, c’est-à-dire leur capacité à apprendre continuellement et à demeurer à l’affût des nouveautés, bien au-delà de votre profession juridique et mettre à profit cette curiosité intellectuelle pour explorer de nouveaux secteurs offrant des occasions.

Pour sa part, Sheila Murray, présidente et chef du contentieux de CI Financial Corporation et ancienne de Blakes, précise qu’il est important d’acquérir des connaissances en affaires et de l’expérience en matière de profits et de pertes, car c’est plus facile d’obtenir un siège au sein d’un conseil d’administration lorsque l’on possède de l’expérience en tant que membre de la haute direction.

« J’aurais dû élargir mon expérience à titre de dirigeante plus tôt, indique Mme Murray. Si je pouvais donner un conseil à la jeune femme que j’étais, je lui dirais de lire plus de livres et de rencontrer plus de gens d’affaires afin de mieux comprendre le milieu des affaires dans son ensemble. »

Jennifer Warren, entrepreneure mentor au Fintech Innovation Lab situé à New York et administratrice de sociétés, abonde dans le même sens : « C’est difficile de décrocher un poste au sein d’un conseil d’administration en étant chef de contentieux sans tout d’abord faire ses classes dans le monde des profits et des pertes. Vous devez gagner de l’expérience en matière de profits et de pertes et faire en sorte que vos compétences sortent du lot si vous souhaitez accéder au palier de la gouvernance ».

« Je me suis surtout efforcée d’être une bonne chef de contentieux, précise Robyn Collver, vice‑présidente principale, Gestion du risque et affaires réglementaires à La Société Canadian Tire Limitée. J’aurais pu me contenter d’y mettre 75 % d’effort et de consacrer les 25 % restants à apprendre comment devenir une meilleure haute dirigeante. Cela m’aurait permis de sortir de ma zone d’expertise plus tôt – c’est plus difficile de faire la transition plus tard dans sa carrière. »

2. Tissez de nouvelles relations

C’est vrai ce que l’on dit à propos du réseautage : cela permet d’ouvrir des portes. Mme Warren recommande de réseauter non seulement avec votre équipe juridique, mais aussi à l’extérieur de ce cercle, voire à l’extérieur de votre organisation.

« Il existe des occasions de développement personnel à l’extérieur du travail également », affirme-t-elle, et ajoute que tout au long de sa carrière, elle a saisi toutes les occasions de mentorat et de commandite qui se sont présentées et qu’elle en a offertes tout autant.

Mme Warren est une ancienne de Blakes qui a occupé divers postes de direction auprès de la CIBC, dont : ancienne vice-présidente principale et chef du contentieux (Canada) et ancienne directrice principale – chef, région des É.-U., à la CIBC, et présidente et chef de la direction de CIBC World Markets Corp. Elle a acquis une expérience inestimable en tant que présidente du secteur des professionnels du cabinet de campagne de Centraide du Grand Toronto et a mis à profit ses connaissances et son engagement à redonner au suivant en devenant coprésidente du cabinet de Centraide à New York, où elle a développé un nouveau réseau de professionnels extrêmement talentueux et inspirants.  

« J’ai remarqué que les femmes ont de plus en plus de facilité à réseauter et à amener les autres à se dépasser, indique-t-elle. Les New-yorkaises, en particulier, sont à l’aise avec la nature transactionnelle du réseautage et s’attendent à un échange “donnant-donnant”. Peu importe leurs origines, les femmes occupant de postes de direction reconnaissent l’importance de se soutenir entre elles, et c’est très motivant. »

Kathleen Flynn, première vice-présidente en immobilier, chef du contentieux et secrétaire générale d’Indigo Books & Music Inc. abonde dans le même sens : « Parmi toutes les responsabilités avec lesquelles nous jonglons, nous devons trouver du temps pour ces occasions de perfectionnement professionnel, car elles sont bénéfiques pour tous, pour nous-même, mais aussi pour les autres membres de notre équipe ».

Selon le Rapport de Blakes sur les CA : Occasions pour les femmes chefs de contentieux, 59 % des chefs de contentieux qui siègent au sein des conseils d’administration sont des femmes, et le nombre de postes d’administrateurs occupés par des chefs de contentieux connaît une croissance rapide.

3. Établissez votre crédibilité

Le réseautage ne consiste pas seulement à créer de nouveaux liens. Selon Mme Flynn : « Vous devez établir votre crédibilité. De cette façon, lorsqu’une occasion se présentera, vous serez prête et les autres sauront que vous pouvez saisir l’occasion et vous attaquer à ce défi, car vous aurez déjà fait vos preuves ».

Elle précise qu’il est important de s’entretenir individuellement avec les dirigeants afin de démontrer son intérêt à en apprendre davantage sur les occasions et les défis qu’ils rencontrent et de trouver des façons d’ajouter de la valeur dans d’autres secteurs que le secteur juridique.

« C’est ce que je ferais, affirme Mme Flynn. Je passerais plus de temps à bien choisir ces relations et travaillerais fort pour faire équipe avec ces dirigeants. »

Pour établir votre crédibilité et démontrer de quelle façon vous ajoutez de la valeur, vous pouvez créer des liens entre les mandats sur lesquels vous avez travaillé et les priorités stratégiques de l’entreprise. Aussi, Mme Murray indique que vous devez adopter une approche proactive et constructive.

« Votre responsabilité ne se limite pas à réagir à un enjeu, précise Mme Murray. Vous devez rencontrer les gens, participer aux réunions, vous inviter à des réunions et écouter attentivement, et alors vous démontrerez votre valeur. Ne dites jamais simplement “non” ou “c’est compliqué sur le plan juridique”. Dites plutôt : “Dites-moi ce que vous souhaitez réaliser” ou “Je pense qu’il existe un moyen d’y arriver. Travaillons ensemble.” »

4. Travaillez avec des gens brillants

« Si vous avez l’occasion de collaborer étroitement avec une personne qui excelle dans ce qu’elle fait, vous devriez la saisir, car c’est un cadeau. J’apprends de notre chef de la direction, Stephen Wetmore, à chaque rencontre que j’ai avec lui », affirme Mme Collver.

Selon elle, observer les gens brillants, apprendre d’eux et trouver des façons d’ajouter de la valeur à l’entreprise permet d’améliorer vos capacités en général, de gagner en crédibilité en tant que dirigeante et d’élargir vos horizons.

« Mais ce n’est pas de tout repos, ajoute-t-elle. Si vous voulez faire partie de la haute direction, vous devez constamment être sur le qui‑vive et vous demander chaque jour de quelle façon vous pouvez ajouter de la valeur. Vous devez faire preuve de résilience et trouver votre propre créneau. » Il faut aussi être tourné vers l’avenir et assurer la relève.

« Je cherche actuellement quelqu’un qui pourra me succéder en tant que chef du contentieux et qui fera partie de la prochaine équipe de la haute direction de notre entreprise, indique Mme Murray. Je remarque de quelle façon les gens réagissent à différentes situations, et je constate que les avocats sont formés spécialement pour résoudre des problèmes, s’organiser et suivre des procédures, et c’est ce qui nous distingue des autres dirigeants et nous donne autant de crédibilité. »

5. Faites connaître votre valeur

La transition d’un professionnel juridique d’expérience vers le monde des affaires comporte certains risques et la courbe d’apprentissage peut être extrêmement abrupte, ce qui peut compliquer le recrutement d’avocats qui sont prêts à faire le saut, selon Mme Murray.

« J’ai l’impression que, dans un environnement hautement technique, les avocats n’ont pas autant d’influence et il est difficile de sortir de ce cadre, car les experts apportent leur grande expertise technique et leur expérience à l’entreprise et cela pèse énormément dans la balance », affirme Mme Warren.

« Cette transition comporte un réel risque de concentration pour vous, indique Mme Warren. Vous devez être prête à prendre ce risque, car il n’y a pas de filet de sécurité. Vous devez foncer tout en sachant que chaque récompense comporte un risque. C’est inévitable; ça fait partie du défi. »

Cela peut être intimidant parce que le passage dans le monde des affaires est beaucoup plus complexe, convient Mme Collver, mais la perception qu’ont les autres de vous ne dépend que de vous et de votre façon de vous présenter.

« Vous avez avantage à démontrer que vous êtes prête à prendre des risques ou que vous êtes vivement intéressée par une orientation stratégique présentée par un membre de la direction », précise Mme Collver. 

De plus, selon Mme Flynn, vous devez demeurer ouvertes à tout.

« Pour décrocher mon poste actuel, j’ai tout d’abord accepté un poste à temps partiel, sans aucune garantie quant à la durée du mandat, indique-t-elle. N’écartez pas un poste qui nécessite que vous mettiez en place une procédure, car ce poste pourrait vous mener vers votre prochaine occasion. »

Selon Mme Flynn, la réussite passe par l’établissement de relations et de la crédibilité, ainsi que par l’ouverture aux occasions qui se présentent.

Les communications de Blakes et de Classes affaires de Blakes sont publiées à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis juridique ni une opinion sur un quelconque sujet.

Nous serons heureux de vous fournir d’autres renseignements ou des conseils sur des situations particulières si vous le souhaitez.

Pour obtenir l’autorisation de reproduire les articles, veuillez communiquer avec le service Marketing et relations avec les clients de Blakes par courriel à l’adresse communications@blakes.com. © 2019 Blake, Cassels & Graydon S.E.N.C.R.L./s.r.l.